Notre site internet utilise des cookies afin de faciliter votre navigation. En navigant sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.

Atelier 231 - Centre National des Arts de la Rue

Centre National des Arts de la Rue

 
Imprimer

Ejo N’ejo Bundi

Ejo N'Ejo Bundi (c) DRRésidence du 30 octobre au 06 novembre 2017
 


Spectacle

La pièce s’inscrit dans la continuité de la précédente création de la compagnie (Hagati Yacu / Entre Nous, en mémoire des tutsi du Rwanda), tant dans le fond (mémoire et transmission post génocide) que dans la forme (une création mêlant artistes français et rwandais). Le texte y occupe une place centrale. Il est écrit à partir d’un important corpus de témoignages, qui sont la source d’inspiration principale. Pour cela l’auteur a mené des entretiens intitulés « Mémoires Croisées », avec plusieurs survivants des différents génocides du vingtième siècle (en Arménie, la Shoah en Europe, au Cambodge, au Rwanda et en Bosnie Herzégovine.)

Le texte est donc une théâtralisation du réel où l’on pourra reconnaître des références précises concernant les événements relatés : le théâtre ou le lieu où les morts ont vécu. Nous allons traverser le vingtième siècle pour tenter de comprendre les résonnances des faits historiques dans le présent qui nous constitue et dans l’avenir qui nous attend.
D’où ce titre en kinyarwanda : ÉJO N’ÉJO BUNDI, qui signifie Hier Aujourd’hui Demain et Après demain et s’applique aux faits qui se pensent dans leur continuité, celle d’un « passé qui ne passe pas ».
Dire / Témoigner / Transmettre : documents de culture contre la barbarie : La parole, l’écoute, la précision des mots, le sens que l’on donne, au delà du vocabulaire, tel sont les points centraux de la pièce et des discussions entre les personnages.

Nous voyageons dans l’Histoire, à travers les continents, sans jamais vraiment savoir où l’on se trouve. D’une salle de classe, à un tribunal populaire. D’un plateau de cinéma à une stèle commémorative. D’un procès aux Assises à un wagon de train. Pour terminer sur une barricade de la résistance. Espaces de pensabilité, lieux de sépulture, espaces de réparation, pour restaurer, en toute humilité, la fragilité du lien qui unit l’homme à son semblable.


 

 

Partenaires

Producteur : Compagnie Uz et Coutumes

Coréalisation : Ishyo Arts Center – Rwanda

Coproducteurs : Le Parapluie – CNAREP Aurillac / Office Artistique de la Région Nouvelle Aquitaine (O.A.R.A) / Sur le Pont - CNAREP La Rochelle / Atelier 231 – CNAREP Sotteville les Rouen

Partenaires : La Chartreuse – Centre National des écritures du spectacle – Villeneuve-lez-Avignon (accueil en résidence d’écriture) / Lieux Publics – CNAR Marseille (mise à disposition atelier de construction pour les décors) / Laboratoire des Afriques dans le Monde (LAM) – CNRS / Sciences-Po, Université de Bordeaux  / Fondation du Mémorial de la Shoah – Commission Mémoire et Transmission (sollicité)  / Institut Français à Kigali – Rwanda / Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (C.N.L.G.) – Rwanda
Ministère de la Culture et des Sports - Rwanda

Institutions : Direction Générale de la Création Artistique (D.G.C.A.) – Aide à la création pour les arts de la rue / Direction Régionale des Affaires Culturelles (D.R.A.C.) Nouvelle Aquitaine – Aide à la production dramatique / Conseil Régional Nouvelle Aquitaine – Aide aux activités artistiques et culturelles / Commission Internationale du Théâtre Francophone – France (CITF) – Aide à la diffusion / Conseil des Arts et Lettres du Québec (CITF) – Aide à la diffusion / Conseil des Arts du Canada (CITF) – Aide à la diffusion

Soutiens : IBUKA France et Rwanda- Mémoire Justice et Soutien aux rescapés du génocide du Rwanda  / Association CAURI - Bordeaux / Mémorial de la Shoah - Paris / Hors les Murs / Artcena – Centre National de ressources pour les arts de la rue et du cirque

 

Agenda
Actualités
Rue et Cirque, la médiathèque numérique (Nouvelle fenêtre)La médiathèque numérique
des arts de la rue et des arts du cirque.